Le prix des grandes rousses en poursuite

La périphérie de mes jambes était encore musculairement éprouvée de la Vaujany. La tête n’était pas totalement détachée de Saint Jean. Je pars échauffée des sensations moyennes.

A une bonne allure, je prends le bon rythme pour l’ascension de l’alpe d’huez en mettant sur le 39/21 et démarrer la première pente en danseuse jusqu’au lacet. Chaque lacets me permet de relancer l’allure en alternant la position assis/debout. Cette position débout, n’ai pas mon aise. Je dois progresser dans la technique. Je suis les conseils du coach en me rappelant à l’alternance pour préserver l’altération musculaire

Je reprends quelque concurrent, puisque c’était un départ handicap toutes les 15 secondes, ce qui me rassure.

A mesure que la pente se déroule des concurrents qui me reprennent. Frédéric Talpin me reprend au ¼ de l’ascension. Une roue à suivre, mais la production de watt est trop importante. Puis Van Looy Diego, me rejoint. Assis, en force, le rythme est soutenue, ce qui me permet de me caller quelques kilomètre dans la roue.

Je faiblie.

La résistance au lactique décline jusqu’au sommet. La production de watt décline de 10 w en un peu plus de 1 km depuis la vieil alpe au je n’arriverai à reprendre un bon rythme pour accrocher Patrick Gueraud, Van Looy et reprendre Cédric Bonnefoy (mon coéquipier de team) partis 30 secondes avant moi, que j’ai en point de mire. 

J’en ai profité pour faire le chrono avec la puce Timtoo timing (calcul watt théorique Source F.Grappe)

  • Alpe d’Huez “mythique” 13,65 km @ 7,86%, 00:51:45, 15,83 km/h, 253,7 watt moyen
  • Alpe d’Huez “vieil Alpe”12,32  @ 8,33%, 00:47:20, 15,62 km/h, 264,7 watt moyen 

Une production moyenne qui me rassure tant mon état n’est pas optimale. L’effet de surcompensation fera son effet pour la Marmotte. C’est l’idée de l’épreuve.

L’épreuve n’est pas terminée, longue descente pour ensuite rejoindre Vaujany seul, ce qui n’est pas à mon avantage. Tourner les jambes, pour une récupération active. L’ascension est similaire. Ici, c’est Joris Ronflet qui me reprend. Il termine 4e.

  • Vaujany 6,85 km @, 8,08%, 00:27:21, 15,03 km/h, 247,3 watt moyen

Je termine à une 17e place, qui est satisfaisante, au vue de la charge de travail que je m’impose en accumulant travail, vélo et mon implication mes activités extra.

Samedi, c’est l’ultime, la mythique “LA MARMOTTE”. Cédric Bonnefoy et moi auront à cœur de réaliser une belle prestation. La météo s’annonce radieuse, et le niveau s’annonce relevé. Il ne faudra pas faire d’effort au-delà de ces limites. Une marmotte, n’est jamais écrite par avance.

Place à la décontraction et à la récupération maintenant.

Source des photos www.photobreton.com

Lire les articles précédents :
Le mont noir est devenu hebdomadaire.

< p class="MsoNormal">Depuis le lancement du défi par Patrick Bernard, nous sommes aujourd’hui 4 cyclistes de l’ucmontmeyran à gravir le...

Fermer