Stage6 La #hauteroute tutoie le sommet de l’Europe

 

L’avant dernière étape est symbolique. La Haute route ne pouvait pas manquer de gravir le plus au sommet de l’Europe. Une étape qui définit bien l’organisation : « la haute route ». A couper le souffle. Après le centenaire du Galibier, les pionniers de la haute route vont souffler les 50 ans de l’inauguration de la cime de la Bonette.

DENIVELLE

15500

KMS

589

TIME

17:51:56

VAINQUEUR

PETER POULY

BVSPORT

13

Les conditions de course.

Il annonce 8°C sur la cime de la Bonette qui culmine à 2802 mètres d’altitude et des rafales à 50 km/h. Des conditions qui réduiront la progression des nos conquérants.

Sur le toit de l’Europe.

Le départ est donné au pied de Jausier. 24 km d’ascension, 1589 mètres de dénivelé à 6.8% de moyenne et plus 9% de pente maximale. Aujourd’hui, Nicolas a les jambes. Il est une fois de plus à la création du groupe de tête. Après avoir laissé attaquer plusieurs fois Benjamin Blaugrund, il contre-attaque. Mais l’histoire se répète, malgré l’aide de Peter Pouly pour l’aider à tenir. Benjamin Blaugrund mène un train soutenu. Nicolas décroche le premier, suivi par Jean-Baptiste Trauchessec et Richard Scales quelques kilomètres plus loin sous les attaques de Benjamin et Peter. La hiérarchie du classement général est respectée avec tous les jours 7 hommes qui animent les débats : Nicolas Raybaud (7), Richard Scales (6), Jean-Baptiste Trauchessec (5) Jean Broudeur (4), Benjamin Blaugrund (3), Michel Roux  (2) et Peter Pouly (1).

Franchis le Col de Restefond, la progression vers la cime de la Bonette est ardue. Dans un décor minéral et aride, le vent et la pente éprouvent les cyclistes. Le panorama est à coupé le souffle. Nous roulons sur les nuages !

« Je garde en mémoire des paysages qui ‘ont pas de limite vers les l’horizon. La Cime de la Bonette, l’ascension de l’Izoard la veille, l’arrivée au sommet du Galibier et l’arrivée autour du Barrage du Cormet de Roselend sont les cols qui resteront ancré dans ma mémoire »

La descente est vertigineuse

Une descente vertigineuse attend les cyclistes. Il ne faut pas s’attarder au sommet. Nous compterons une clavicule cassée. Une chute qui se déroula dans la groupe de Nicolas avec @JakaJausovec et Niko Petska victime de la chute dans un virage en épingle sans risque particulier. Cette chute calme les ardeurs de Nicolas et Jaka pour rejoindre Auron.

Arrivée à la station d’Auron.

Jaka part dans les 5 derniers kilomètres d’Auron pour ravir du temps à Nicolas. Mais ce dernier sera épaulé par Joris et Jean-Pascal Roux qui aura réalisé une excellente ascension de la Bonette. Ce dernier rejoint Nicolas, Jaka et Joris Chavanne aux pieds d’Auron.

A l’arrivée, le classement n’a pas bougé. Philippe Lesage est ravi de la prestation de Jean-Pascal Roux et Hervé Gilly qui arrive quelques minutes après son binôme.

« L’esprit est toujours aussi convivial. A chacun son niveau, les émotions perçues sont identiques pour tous. Ce jour a été une grande étape. »

Lire les articles précédents :
Stage5 Pouly en recidive à Pra-Loup #hauteroute

La grimpée chronométrée du granon aura laissee des sequelles. L'etape du jour s'elance de serre-chevalier pour atteindre Pra-Loup via le Col de l'Isoard...

Fermer