25/01 C’est en progressant que le bonheur de pédaler prend toute sa saveur.

Nous voulons toujours grimper plus haut, à la conquête des sommets. Savoir grimper est une technique, et savoir rouler en est aussi une à part entière.  Avant de courir, nous apprenons à marcher. Il faut apprendre à progresser à son rythme.

J’apprécie le fait de rouler sur le plat. Cela développe une capacité à maintenir une intensité et une vélocité constante. La résistance à la gravité est quasi nulle sur le plat, et il est intéressant de progresser sur cette topographie afin de gagner en puissance. C’est mathématique. La puissance est le multiple de la force et de la vélocité.

Aujourd’hui, deux nouvelles personnes nous rejoignent. Nous partons pour une session de 110 km. Peter nous donne le rythme, et nous progressons à des vitesses de courses. 33km/h de moyenne sur les deux premières heures. Nous échangeons des relais soutenues, ce qui devrait plaire à la personne qui m’entraine cette année.

Après 70km, rituel, pause-café et 7-Eleven.

Nous nous rafraichissons, avant de repartir sur du rythme. Le groupe est réellement sympathique. Nous avançons avec enthousiasme, et amusement. Malgré un Anglais, qui n’est pas toute à fait excellent, nous pouvons échanger.

Armi essaye le Specialized. Il adore et ce sens des ailes !

Demain, nous allons entrer dans des topographies plus escarpées.

Lire les articles précédents :
AUTOUR DE CHIANG RAI

Nous séjournons à Chiang Rai. Nous trouvons la quiétude. Pays de montagnes et de brumes, la province la plus septentrionale...

Fermer