LE RETOUR DU DAUPHINE AU CHALLENGE DU VERCORS

D’antan sponsorisé par le Journal le Dauphiné, ce dimanche 25 mai, SportCommunication a ravivé l’âme de ce somptueux parcours depuis le sud du plateau Vercors, au détour du Royans en traversant sa plaine historique..
L’organisation se démarque en consacrant une épreuve exclusivement réservée aux femmes. Une belle idée qui je souhaite, se poursuivra et se dupliquera. C’est aussi l’avantage de se retrouver en entre ami(e)s et en famille pour célébrer la fête des Mamans ! Peut-être organiseront’ils une cyclo’Kid, rien que pour les bambins !

La veille

Je suis monté la veille retrouver nos ravissantes skieuses Laetitia Roux et Valérie Berthod, qui ont remportées l’épreuve en relais. Ceci m’a permis de retrouver le confort, une douce et amicale ambiance avec Laetitia et Valérie dans un gîte à Villard-de-Lans. Un détail qui a toute son importance et que j’apprécie depuis cette année. En effet, peu importe le lieu, être sur place vous permet d’être moins fatigué autant pour l’esprit que pour le corps.

Jour de Course

172 km et 3500 mètres de dénivelé. Autour des Quatres montagnes dans la commune d’Autrans le départ est lancé. La température n’est pas estivale, mais la suite de la journée s’annonce chaleureuse. Le Col de la Croix Perrin nous permet de nous réchauffer assez rapidement et créera une sélection déjà conséquente. Nous basculons à vive allure sur le plateau de Lans en direction de Villard pour chercher le Col de l’Herbouilly.

Le col d’Herbouilly, se monte une nouvelle fois à une intensité soutenue par Sébastien BONNET (VC PONTOIS), relayé par Loïc Ruffaut (Vélo101) et David Polveroni (Team Scott-La Clusaz). Il exerce sur le dernier kilomètre le plus difficile, davantage d’intensité créant une nouvelle sélection. Toutefois, au terme de la descente le regroupement se fait.

Sur le deuxième tronçon dans le centre du vercors, vaste plaine du département de la Drôme, c’est un retour à l’histoire . Nous sommes sur un profil de route roulant en direction du sud où nous allons chercher le Col Saint Alexis via le Col du Rousset. Ce col n’a pas de difficulté particulière, mis à part l’intensité qui sera de nouveau déployée pour le grimper.

Après plus de 60 km, nous arrivons au village historique de la résistance, à Vassieux-en-Vercors. C’est ici que la bataille va débuter. Virage à gauche, à l’angle du Mémorial de la résistance pour entamer le difficile Col de La Chau. Le grimpeur Grenoblois David Polveroni va lancer les hostilités et créer les écarts. Les troupes sont en ordre dispersé derrière le coureur du team scott-la clusaz. Je ne me fais guère d’illusion, et je gère cette montée en m’accrochant à des roues que je connais bien, Jérôme Phanon et Jean-Luc Chavanon. Stratégie qui s’avérera sage.

Le cyclosport est avant tout un sport d’endurance où il faut se préserver.

Je connais bien la suite, je m’y entraine quotidiennement. J’emmène une allure soutenue, nous permettant de ne pas lâcher trop de terrain par rapport à l’avant de la course.

Nous arrivons dans la commune du Royans pour entamer une difficulté majeure de la course, Le Col de la Machine. Un nouveau décor entre Hêtres et Noyers nous amène jusqu’à la route vertigineuse du cirque de Combe Laval, taillé à flanc de falaise. Ici, les jambes sont encore bonnes. Jérôme Phanon en a de meilleurs et part seul. Nous nous retrouvons Jean-Luc Chavanon et moi-même pour un beau relais et ceux jusqu’à Autrans. J’ai adoré et c’était très réconfortant de l’avoir. Un état d’esprit irréprochable et bienveillant. Un vrai cyclosportif !

Le physique commence à donner quelques signes de fatigue après le Col de Carri. Je sens que Jean-Luc en a sous la pédale et il reste encore plus de 30 km. Je donne tout ce qui me reste pour prendre des relais, mais Jean-Luc fait une grande partie du travail et m’encourage à m’accrocher. La fin sera difficile. Nous avons bien géré cette fin de course.

Dans les Gorges de la Bourne, nous reprenons Jean-Françis Pessey (Team Scott-La Clusaz) à la dérive et plus loin dans les Gorges du Méaudret, Jérôme Phanon et Rodolphe Lourd.

nico-raybaud-haute-route-challenge-vercors

Une conclusion,

Il faut être un résistant, ne jamais être seul et donner du coeur à l’effort. C’est important de partager son énergie, rester toujours positif et en confiance.

Je termine 17ème en 5h20.

Visualiser l’effort sur Strava

  • antouly

    beau résumé et vfélicitations pour ta course

    • Merci JL @antouly:disqus ! Aussi, le VC PONTOIS a été fort ! @++

Lire les articles précédents :
Les Boucles du Verdon

Dimanche 18 mai, voilà une belle journée qui s'annonce au départ des Boucles de Verdon à Castellane en Haute-Provence. Nous sommes...

Fermer