#11 Haute Route. Waa la pluie pour aller plus vite !

Une étape gargantuesque. Le profil des ascensions était effrayant en cumulant plus de 4400 m de dénivellation sur une distance de 135 km. Ajouté à cela la pluie, le vent froid dans les ascensions, et la fatigue, il ne fallait pas avoir que des bonnes jambes aujourd’hui. Sans cogitation négative, avec confiance, et prendre chaque montée et chaque descende, l’une après les autres ont rythmé mon étape.

waa-equipement-haute-route

Le Col de la Madeleine,
J’entreprends de me lancer à l’offensive. Tous les voyants sont aux verts, et nous nous retrouvons avec les principaux leaders de la Haute Route. Je connais là qualité des coureurs et qu’il faut que j’en profite. À mi-ascension, ils accélèrent et je décroche. Je termine le col avec Richard Scales. Je réalise le 13e temps.

Une descente pour gagner du temps
J’ai pu enfin tester le freinage à disc. Je vous le confirme. Il ne fait aucun doute que vous gagnez du temps, si vous êtes de nature bon descendeur.
La distance de freinage reste identique à un terrain sec.
Couplé au freinage, le nouveau pneu Specialized Turbo avec une section de 24 mm, j’ai trouvé du confort et de l’accroche.

Verdict : un gage de sécurité et de performance. Mais il faut rester prudent.

Le Col du Glandon s’engage rapidement. J’ai pu profiter du gain pris dans la descente pour gérer la première partie de l’ascension et pouvoir être optimal sur le haut. En effet, la pluie et le vent s’abattent fort sur le haut du col. Je n’ai pas froid, les jambes répondent bien et je parviens à établir le 14e temps.

En haut, je prends le temps de me ravitailler. Même si la descente n’est pas chronométrée, je ne perds pas de temps et de redescend aussi vite.

La montée de l’Alpe d’Huez par Villard Reculas.
Arrivée au pied, je l’a fait du genre Mathéo Jacquemoud. Debout sur les pédales, gros plateau, je suis bien et surpris d’arrivée à tenir. L’intensité ne faiblit pas. Sur les lacets de l’Alpe d’Huez, j’aperçois le trio de la Toussuire. Je me dis que je viens de faire une très belle montée. Oui. Je prends le 8e temps de la montée.

Conclusion

La forme ne se perd pas du jour au lendemain et il faut savoir accepter les moments difficiles. Au final, je prends la 9e place de l’étape, et me hisse à la 20e place du classement général de Haute Route Alpes. Mon souhait est de conserver ce top 20 jusqu’à Nice.

ARTICLE ULTRA MAG

VIDEO DE L’ETAPE

STRAVA

Petit thème du jour

Comment rouler 6h30 sous une pluie incessante ?

Je me suis fait chambrer avec ma tenue imperméable WAA ULTRA. Pour autant, ce choix a été plus que judicieux. Certes, cela faisait effet “cocotte minute”, mais je n’ais pas eu froid.

Privilégier en première couche des vêtements techniques qui maintiennent la température. Et par-dessus un imperméable. Éviter trop de couches, on textile qui vont prendre l’eau, sinon vous prendrez froid dans les descentes.
Si vous avez une assistance, vous pouvez prévoir des vêtements secs pour vous changer.

Haut

  • En première couche, Ultra Carrier Shirt, en spandex et ses propriétés de respirabilité et de thermorégulation
  • Maillot cycliste manche courte
  • Ultra Rain Jacket : imperméable, couture étanche, légère et une capuche que j’ai glissée sous le casque.
  • Gant et sur gant type Mappa

Bas

waa-equipement-hauteroute

Manger, dormir, récupérer, rouler, s’amuser …. !

10501710_10152323626813861_7116447691136140827_n

Lire les articles précédents :
#10 Haute Route. Il y a des jours sans.

Megève, 25 août, une belle étape via le Col des Saisies, le Cormet de Roseland, et la montée de Courchevel...

Fermer