Version hiver, La Diagonale du Mont-Joly.

Venredi 27 janvier, pour la deuxième édition de la Diagonale du Mont-Joly HIVER, plus d’une centaine de participants se sont donné rendez-vous au pied du télésiège des Chattrix.

Photo de Daniel Zorloni .

Photo de Daniel Zorloni.

Collé à leurs peaux de phoque, se sont 4 km et 950 mètres d’ascension que les collants pipette devront grimper le plus rapidement.

Photo de Daniel Zorloni

Photo de Daniel Zorloni

Sur l’enthousiasme, le départ est rapide. Placé dans les 10 premiers, la premier mur va nous mettre dans le rouge, au même titre du code couleur de la piste. Ça patine derrière Mathéo Jacquemoud. Il parait si fluide et facile ! Loin d’accrocher les meilleurs (Jérémie Gachet Adrien Perret, Tony Sbalbi,…) je décroche de la piste. À défaut de pouvoir aller droit dans la pente, je prends le choix des conversions au bord de la piste (comme d’autres skieurs). Ce soir, les peaux sont à vif et n’accrochent pas. On va grimper petit braquet dans la pente et jouer des bras. 50e à la sortie du rouge, je suis optimiste, car suite est plus roulante 😉

Vu de jour, la piste qui mène à l'épaule du Mont-Joly

Vu de jour, la piste qui mène à l’épaule du Mont-Joly

À défier la gravité, je remonte petit à petit la piste balayée par les frontales. Mathéo en a déjà terminé en 37 minutes. Il redescend nous encourager un à un « Nico à bloc ! Regarde derrière comme c’est beau et ensuite relance sur le replat ! » Je m’exécute !

Je me retourne, relance, un dernier coup d’épaule et de nouveau quelques places de remonter. Je me hisse en 48 minutes au sommet de l’épaule à la 27e places. Je tablais sur 45 minutes au vu des mes derniers week-ends passés dans la station, mais je suis grandement satisfait d’être revenu sur le top 20.

© Guillaume Borga Photographe

Depuis le mur du Vanet © Guillaume Borga Photographe

Depuis l’épaule du Mont-Joly, l’horizon de la vallée est illuminée. C’est reposant. La température est douce et nous nous laissons glisser vers le restaurant de Pierre Parent « Le Schuss». À mi-pente arrêt, au ravito, un bon vin chaud est servi.

Nous avons bien joué sur nos planches et derrière la scéne, Pierre Parent et l’équipe de l’ESF de Saint-Nicolasde-Véroce, nous ont préparé une belle pièce de théâtre. Les visages des participants sont radieux et les bavardages sont enthousiastes autour de la corzifflette arrosée d’une pression de bière.

Soirée de clôture au Schuss © Guillaume Borga Photographe

Soirée de clôture au Schuss © Guillaume Borga Photographe

21 heures, Le saint-Nicolatin, de son prénom Mathéo, parrain et vainqueur de la Diag’ du MontJojoPower décernent les récompenses.

Bravo à cette chaleureuse organisation. J’ai été conquis par la DMJ de cet été. Il en est de même cet hiver ! Merci à Pierre et à Mathéo.

Liens

Lire les articles précédents :
Strava Insights 2015 révèle le paysage running en France

Strava, le réseau social des sportifs, a publié son analyse de données 2015. Constituées de millions de sorties à courses...

Fermer