Optimiser son oxygénation avec le Bol d’air® Jacquier.

Pour vivre, il y a trois fonctions vitales. Manger, boire et respirer. La respiration est la plus importante. Nos cellules, nos muscles, notre cerveau ont besoin d’oxygène pour fonctionner et créer de l’énergie.  L’équation est simple :

Glucose + Oxygène = énergie + gaz  carbonique + eau

En déficit d’oxygène, on étouffe, les pulsations cardiaques augmentent. Nous sommes en état d’oxydation, en anaérobie, en état d’hypoxie. Il faut préparer son corps pour tolérer ces états.

Qu’est-ce que l’Hypoxie ?

L’hypoxie est la diminution de la quantité d’oxygène distribuée par le sang aux tissus. La production d’énergie par les cellules dépend étroitement d’un apport constant en oxygène. En effet, les cellules ne disposent pas de mécanismes permettant de mettre cet oxygène en réserve.

L’ajustement de cet apport d’oxygène dans la cellule se fait par le contrôle de la respiration et de l’adaptation de la fréquence cardiaque, ce qui coïncide avec l’intensité d’une activité physique. Tout déséquilibre entre apport et demande en oxygène conduit à l’apparition d’une hypoxie.

La relation au sport.

Dans la pratique des sports en endurance que je réalise, la filière aérobie qui est principalement sollicitée. La stratégie est de faire fonctionner au mieux cette filière en repoussant le seuil anaérobie dit du seuil lactique, là où les muscles sont en dette d’oxygène, où l’effort est difficile à tenir.

L’utilisation du Bol d’air® dans le sport y a toute sa place. Les entraînements ont pour objectifs d’accroitre l’endurance, tolérer et répondre à différentes intensités d’effort. Le Bol d’air® va préparer votre organisme en facilitant l’assimilation de l’oxygéne par vos cellules. Vous vous entrainez dans des conditions optimales.

La méthode d’oygénation du Bol d’air® Jacquier

  1. Par un procédé de barbotage et de catalyse électrique, au contact de l’oxygène (de l’air) le Bol d’Air® transforme les molécules volatiles issue d’une essence de résine de pin l’Orésine.
  2. Ces molécules (pinènes oxygénés) véhicule d’oxygène, une fois inhalées dans les poumons deviennent des biocatalyseurs.
  3. La biocatalyse : l’hémoglobine fixe plus volontiers les pinènes oxygénés que l’oxygène seul. Ainsi transporté, l’oxygène est plus facilement libéré dans les tissus cellulaires, sans excès.

 

procee-boldair

Le Bol d’air® recrée ce qui a lieu dans la nature, sous l’influence des ultra-violets du soleil et de la fonction chlorophyllienne. Il s’agit d’une peroxydation. C’est comme si vous allez marcher dans une forêt de pin.

Comment j’ai découvert le Bol d’air® ?

J’ai découvert cet appareil d’oxygénation à travers le défi de Philippe Billard, et ses 6 jours sur tapis. J’ai demandé à Stéphane Ricard, Fabien Antolinos, des adeptes du Bol d’air®, et ils m’ont également donné des avis plus que positifs.  De ma pratique du vélo, je me suis intéressé à connaitre leurs utilisateurs. Julien Bérard, Rudy Mollard, l’équipe de la Française des Jeux respirent avec le Bol d’air®. [Retrouvez les témoignages sur holiste.com]

J’ai demandé à Holiste la possibilité d’un prêt du Bol d’air®. Le 23 juin 2015, je reçois le fameux Bol d’air® Jacquier.

boldair-Holiste-laboratoire

Comment j’utilise le Bol d’air® ?

J’utilise le Bol d’air au quotidien à raison de 2 à 3  séances par jour de 3 à 9 minutes. Elles sont généralement le matin, et le soir pour favoriser l’endormissement; placées avant et après un entraînement. La durée va varier en fonction du volume d’entrainement. Chaque séance est à l’origine d’une stimulation durable de plusieurs heures. La répétition des séances va engendrer des modifications progressives, et l’apparition d’un nouvel équilibre.

Les premiers effets que j’ai ressenti ?

Le premier jour. L’odeur de pin tiède était particulière au début, puis je me suis vite senti apaisé. Après les 3 premières minutes, j’avais l’impression de retrouver un second souffle.

Le deuxième jour, j’ai comme l’impression de retrouver une nouvelle respiration. J’ai fait 3 minutes avant de rouler à vélo. J’avais la sensation d’utiliser tout l’espace de mes poumons. Sur un même segment de route, à une puissance constante, ma fréquence cardiaque était plus faible que d’habitude. J’avais la sensations d’une plus grande aisance respiratoire. Je pouvais alors développer plus de puissance.

Le troisème jour. Après des séances quotidienne de 3′ dont l’une placée avant l’entraînement, la sensation d’utiliser toutes la capacité respiratoire était bien réelle. J’inspire et expire avec plus de facilité et davantage de volume, comme si j’avais fait de la place dans mes poumons. Autre point agréable, l’odorat est plus sensible.

Les jours qui suivent étaient sur la même ligné, avec un regain d’énergie , une facilité à m’endormir et à trouver de la quiétude (surtout quand je travail de nuit).

Pour résumer

Plus simplement, la méthode d’oxygénation du Bol d’air® permet de respirer avec plus d’efficacité, en utilisant un « super-transporteur d’oxygène » qui facilite l’assimilation de l’oxygène par notre corps. L’intérêt du Bol d’air® est double. Dans un contexte de travail, il améliore significativement son bien-être au quotidien et pour le sportif, il améliore la récupération et les performances en endurance.

  • Améliore la récupération  Dès la fin de l’entraînement ou de la compétition, une séance de Bol d’Air®  diminuera sans effort votre temps de récupération, et vous rembourserez facilement votre dette d’oxygène.
  • Améliore le volume respiratoire. Pour un exercice aérobie, une session respiratoire de Bol d’Air® Holiste, préalable à l’effort, favorisera une diminution de la fréquence cardiaque et une amélioration du volume respiratoire.
  • Diminue votre stress et améliore le sommeil. Travaillant en rotation de poste (3*8h), l’utilisation du Bol d’Air® favorise le sommeil et le bien-être d’esprit.

Les intérêts sont multipes. L’oxygénation est un vecteur clé de la performance et du bien-être. Il est donc important de prendre conscience de sa respiration et de son intérêt physiologique pour ainsi entretenir l’oxygénation de son corps.

Si vous souhaitez plus d’informations, laissez moi un commentaire, ou rendez-vous sur le site internet http://www.holiste.com/

 

Lire les articles précédents :
HAUTE ROUTE EN COULEUR

Article original de Specialized France Durant 21 jours, 6 jours de pluie, 3 contre-la-montre en montagne, 2 jours de repos,...

Fermer