La Chambérienne cyclo ou quand les opposés s’attirent.

Chambéry est le médiateur du massif de la Chartreuse et des Bauges. Chacun aura sa part ! La Chambérienne cyclo inaugurait son entrée au Challenge Cyclo’Tour Rotor. Comme un effet magnétique, les fidèles du challenge de Ludovic Valentin ont fait honneur par leurs présences. Week-end de chassé-croisé, les 29 et 30 juillet ont réuni 500 cyclo sportifs et randonneurs avant la finale aux cimes du lac d’Annecy le 27 août prochain.

La Chartreuse. Des bâtons dans les roues.

Suite à une interdiction préfectorale la veille du départ de la Chambérienne Chartreuse, les parcours ont été modifiés.  Réduit à une théorie de 100 km pour le plus grand des parcours, la surprise est générale. Les inscriptions de dernières minutes sont malgrè tout nombreuses et retardent le départ officiel de 15 minutes. 

départ chambérienne cyclo chartreuse

Les clients à la victoire s’alignent. Nous notons la présence de Stéphane Cognet (leader du challenge cyclo’Tour et local de l’épreuve), Pierre Rufaut, Vincent Arnaud, Michiel Minnaert, Rodolphe Lourd, Jean-Françis Pessey, et les habitués des « grands parcours ».

Autant dire la loyauté physique et la tactique feront la différence sur ce parcours dense. Les deux visages du col du Granier se révèleront intraitables. D’un versant à l’autre, à tendre l’élastique trop fort, il est arrivé par casser. Et ce n’est pas la dernière descente qui nous mène droit sur une arrivée assassine qui a fait la différence. Avec prudence, les participants ne joueront pas de sprint.

chamberienne_cyclo_bauges_chartreuse_cyclotour (3)
chamberienne_cyclo_bauges_chartreuse_cyclotour (2)

Stéphane Cognet prend la première place du classement devant  Florian Pinel et Vincent Arnaud,

De mon côté, au retournement du parcours, à la faveur d’un mur, et d’une courte descente technique, j’emmène dans ma roue Cyril Gaillard et Jimmy Carpentier. Nous nous échapperons. D’une entente parfaite et régulière nous irons terminer 10, 11 et 12e.

Le parcours était intense mais c’est avec amertume que nous relevons une distance de 85 km avec 2200 mètres de dénivelé. Il nous manque le dessert. Nous ne manquerons pas de prendre la deuxième part du gâteau des Bauges.

Les Bauges. Le ciel nous est tombé sur la tête.

Du sang neuf se joint à la Chambérienne des Bauges. Ce dernier dimanche de juillet s’ouvre sous un grand soleil. Les 125 km de l’épreuve s’orientent sur la montée de la Thuile, cols des Près, la côte du Châtelard, le col de Leschaux commun à la finale du challenge cyclo’Tour. Le meilleur est gardé pour la fin avec la montée du Mont-Revard sous des averses orageuses.

Nous bavardons et puis crac, dès la montée de la Thuile, il attaque au kilomètre zéro. « Il » est Belge et c’est le vainqueur du jour  Maxim PIRARD. Il est de suite pris en contre par William Turnes. La course s’emballe, les jambes sont acidoses, le cœur est déjà à son maximum et ce n’est que le début. La tête de course travaillant avec férocité s’éloigne. Affaire pliée, avec lucidité nous nous rangeons une poignée en file  indienne à gravir à notre seuil la montée.

montée de thuile chambérienne cyclo bauges

De haut et de bas, sur une route sinueuse, le col de Leschaux me sera profitable pour initier une attaque, m’échapper et emmener Jimmy Carpentier. Nous ferons la jonction avec un groupe composé de Maxime Galletti, Stéphane Cogne, et deux féroces machines à rouler, Owen Williams et Jérémy Français.  À collaborer au mieux, nous nous mettrons à l’abri de nos poursuivants.

photo FB Maxime Galletti

Après 90 km d’intensité, si le ciel était chaleureux, a réclamé de l’eau, elle va nous tomber sur la tête. L’orage qui nous attend dans le Mont Revard est une douche froide. Jeremy, Stéphane Cogne, Maxime Gialetti et moi-même poursuivont notre effort malgrè le torrent d’eau qui dévale la pente. D’un jeu à quatre, nous retrouvons à 3. 

motnée revard orage

La fin se termine sur le sec. Dans à la cohabitions routière, nous dévalons la descente avec prudence car aucune moto n’est là pour nous ouvrir la route. Nous reprons Williams et Jérémy dans la descente. L’arrivée en ville est toujours aussi difficille à négocier. Une droite, une gauche sur des pavés et la ligne est franchie.

Nous arriverons à 5 ex aequo pour la 11e place. Maxim PIRARD l’emporte devant son compatriote, Michiel MINNAERT suivi par Stéphane COGNET.

Conclusions.

Le soutien du challenge cyclo tour et du service de Ludovic Valentin Organisation a donné une nouvelle aura à l’épreuve Chambérienne.  Autant que la ration de raclette et de Crozet du week-end. C’est toujours un régal de se mettre à table.

Nous pouvons regretter l’absence de douche à l’arrivée pour apporter un confort appréciable pour se mettre à table.

Le service de chronomètrage et de diffusion du classement prévisionnel est affiché dans les minutes qui suivent l’arrivée. Le jour J, les résultats et photos de l’épreuve sont en ligne. C’est un plus. Sportivement, un classement pour les participants des 2 jours pourrait animer d’autres motivations. 

Félicitons l’organisation pour les mesures prises et le maintien du parcours du samedi face à l’interdiction préfectorale. Il y toujours des râleurs npour ce faire entenre. C’est dommage vis-à-vis de l’équipe d’organisation. Ils sont bénévoles, conduisent des motos, tiennent un carrefour et font la course du premier jusqu’au dernier. Merci !

La Chambérienne nous offrira sans aucun doute deux beaux et grands parcours en 2018 en toute sécurité. Avec le temps, les cyclosportives se bonifient. L’augmentation des participants y jouera favorablement à la conception d’une arrivée plus adaptée à un sprin. L’an prochain, serez-vous à la Chambérienne ?

Lire les articles précédents :
Être sur l’étape du Tour

Quelle étape du Tour ! Peut-on définir cet évènement comme une cyclosportive traditionnelle. La logistique déployée, l'essor économique généré, un...

Fermer