nicolasraybaud La chamberienne Bauges Specialized

La Chambérienne CycleTyres. Que faut-il retenir de l’épreuve du Challenge Cyclo’Tour ?

Que faut-il retenir de la Chambérienne CycleTyres ? Les pluies orageuses de la Chartreuse ou la chaleur caniculaire des Bauges. La technicité,  la rudesse des cols gravillonnés du Samedi ou l’intensité de l’effort du jour du Seigneur. La force de caractère,  triomphante de David Polveroni ou la réussite de l’événement du Chambéry Cyclisme Organisation.  Découvrez la Chambérienne CycleTyres.

Chambéry, le point de départ

Entre les massifs de Chartreuse et des Bauges,  la Chambérienne s’ancre dans la tradition de mettre en valeur son territoire. La cité de ducs se place comme un point de départ idéal au roi de la montagne.

Une organisation d’expérience

L’intégration de la Chambérienne au Challenge Cyclo’Tour en 2017 permet d’offrir un chronométrage parfait et des résultats en instantané. Associés à l’expérience des bénévoles de l’association Chambéry Cyclisme Organisation, l’encadrement des épreuves est excellent. Mais rappelons le, les cyclosportives se déroulent sur routes ouvertes, et nous devons nous rappeler à la prudence.

La Chambérienne Chartreuse.

la chamberienne cycletyres-3

La météo orageuse a sans doute découragé des participants. Ce sont moins de 300 dossards qui s’élancent sur les 130 km et 3400 mètres de dénivelé positif par delà les Cols de Marcieu, Granier, Cucheron et de la Cluse.

Comme du déjà vu

Après 30 kilomètres de plats, entre à vive allure dans le Col de Marcieu ; L’intensité s’accentue. Le peloton se dissipe en quelques hectomètres. Il m’est difficile de suivre l’allure au delà de PMA.  Les hommes forts se dégagent du peloton et notamment deux personnes Stéphane Cognet et David Polveroni.

Les descentes sont périlleuses sur des routes gravillonnées. Nous modérons notre vitesse et restons attentif à cette surface qui dérape. 

Au sommet du Granier, la pluie fait son apparition rendant la route glissante et davantage avec les gravillons semés sur une grande majorité de l’itinéraire.  C’est à ce moment que se réalise la Bifurcation des parcours.

Sur le plus long des parcours, le profil est une succession de montée et descente technique à l’avantage de freinage à disque. Oui. Mon nouveau Tarmac me fait aimé la pluie 😉

De haut en bas, du chaud au froid, on ne s’ennuie pas notamment quand le parcours tend à des pentes proche des 20%. Il ne faut pas patiner, ni dérailler. N’est-ce pas Gréogoire 😉


Nous continuons un bout de chemin ensemble avant qu’une crevaison me stoppe à moins de 500 mètres de la dernière ascension du Granier.

19èmeen 4H57, je concède 5 places et 7 minutes le temps de la réparation. Grégoire aussi bon descendeur assure une belle 13èmeposition.

La Chambérienne Bauges

stephane cognet nicolas raybaud depart chamberienne bauges

Le soleil est au beau fixe sur la ligne de départ. Le parcours est d’une distance et dénivelé équivalente à la veille. Le départ est neutralisé jusqu’à la première difficulté.


L’intense mise en jambes au pied de la Montée de la Thuile, du Col des Près, suivi de l’acidifiante Côte du Chatelard.


Aussi courte soit-elle, nous laisse les jambes rigides. Je gère mon effort.

nicolasraybaud La chamberienne Bauges Specialized

A ce moment de l’itinéraire, les parcours bifurquent. Nous rejoignons Fred Ostian et Julien Lodolo qui assurerons à tous les deux un tempo régulier d’une poignée de coureurs jusqu’au Mont Revard.

fred ostian la chamberienne cycletyres

La chaleur se fait ressentir. Les mains tendues des bénévoles nous servent à boire. C’est un geste appréciable sur les cyclosportives.

mont revard david polveroni

La route s’élève. Julien Lodolo retrouve des jambes et s’échappent facilement pour aller cueillir une belle 14èmeplace.

Tandis que nous sommes un peu cuit, notre groupe se disperse en unité. Damien Patichoud reste callé dans ma roue.  Le mont Revard a l’avantage d’être à couvert sur une pente régulière. Avec une longue descente, rapide et technique, notre entente sera bénéfique d’un gain de 4 positions. Nous terminerons 29èmeet 30een 4h11. 

Damien Patichoud à l'arrivée

Damien Patichoud à l’arrivée

Alors que faut il retenir de la Chambérienne ?

De la Verte à la Jaune, nous pourrions collé ces étiquettes aux deux jours de la Chambérienne. Elles sont différentes mais se complètent. L’une est étonnante et la suivante plus douce.

Des plus

La Chambérienne a tous les atouts pour se pérenniser. L’expérience organisationnelle, les prestations proposées (repas traditionnel, chronométrage, tarif, sécurité, ravitaillement), le niveau sportif et l’exigence des parcours sont conformes à ce que l’on peut attendre d’une cyclosportive.

Si vous recherchez un week-end convivial et sportif à passer entre amis, la Chambérienne est à faire !

La troisième édition de la Chambérienne s’est affirmée comme un événement cyclosportif à ne pas manquer.

Des moins qui se justifie.

L’arrivée en ville est à risque, et le sprint final devient cordiale place du Carré Curial. 

Le manque de stationnement pour les véhicules et pour la majorité est payante, peut limiter la participation.

Lire les articles précédents :
La Marmotte s’est plantée en travers de ma route

La Marmotte a changé ses plans. Tout est allé de travers. Je le sais “ Tout arrive sur La Marmotte”....

Fermer