4# Granfondo Yunnan | L’étape de Tengchong comme sur un air de Flandre .

Redouté et redoutable, l’antepenultième étape du Granfondo Yunnan a tenu toutes ses promesses. C’est l’heure de vérité pour les leaders du classement général et une gestion de son effort pour d’autres. La météo n’a egalment pas failli à ses prévisions avec du froid et de la pluie. Voici le résumé de l’étape au depart de Tengchong.

Il est 7h45 quand le départ est donné. Nous entrons rapidement dans un paysage rurale et agricole. Une végétation dense, des rizières, des bottes de pailles qui sèchent, et des animaux nous entourent.

Nous entrons rapidement dans les premières pentes sur un revêtement auquel nous allons avoir droit la majorité du parcours, des dalles en béton. Autant en montées que les descentes nous sommes secoués, et davantage par plusieurs ralentisseurs en forme de marche. À mon tarmac, le Roubaix aurait été parfait !

La reconnaissance que j’ai réalisé la veille est à mon bénéficie. J’anticipe chaque aigreur de l’ascension permettant de rester dans le groupe de tête.

Le km 30 arrive. Nous allons avoir une séance de fartleck à PMA pendant 40 km. Je ne peux vous dire combien de cote nous avons grimpée mais elles sont usantes.

Le grandondo yunnan et le mur de Tian Tai.

C’est une merveille route de pavés, rigoureusement alignés. La route grimpe un peu plus de 1km à 7% de moyenne. Elle inaugure d’autre sections pavés ponctuant l’étape. Nous savons à quoi nous en tenir.

La pluie s’invite à mi course. Le béton devient glissant. C’est au km 85 km que le plus difficile est à venir. Une longue ascension se profil sur route bétons et boueuse. C’est gravel ! Cette montée nous amène au parc volcanique de Tengchong.

Loin de la frénésie urbaine, nous sommes plongés au coeur des montagnes du Yunnan. Des villages d’architecture chinoise, dans des paysages agricoles, il y a une ferveur populaire incroyable à chaque traversée de lieu de vie. Je ne comprenais pas un moment de ce qu’il disait mais il est certain que c’était des “allez! allez !’

Nous restons sur le même rythme. Les kilomètres defilent presque facilement même si je sens que les muscles sont dures. La séance de d’intensite en cote n’est pas terminée, mais à vrai dire à moindre puissance que les précédentes.

Au km 170, je ne vous cache pas ma libération dans avoir terminé avec ses toboggans. Ces montées sont comme les milles lacs dans les vosges mais sur du bétons ou des pavés.

La ligne approche. Sourire, la fatigue n’est plus. La quiétude est immense. L’ambition du jour était de terminer sans épuisement. Nul objectif de pouvoir, de conquête de minutes ou d’une quelconque position. En profiter et partager se bon moment avec Dan, Mickaël, et mon roommate Benjamin. C’est l’esprit Granfondo comme je l’aime alliant amicalité, entraide et découverte.

Résultats sur http://www.racetimingsolutions.com/granfondoyunnan2018.html

En chiffres

  • Distance 185 km et 2900 mètres de dénivelé
  • 31,5 km/h de vitesse moyenne
  • 26e place
  • TSS 270
  • 4000 calories, 2 bananes, 1 snickers, 2 gels, 6 gommes, 1 bonkbreaker, 5 bidons
  • 6 degrés température minimal
  • 15% d’abandons
  • Plus de 30 montées
  • Des milliers des pavés et spectateurs
Lire les articles précédents :
3# Granfondo Yunnan |Rock’n Ruili ! J’ai vu les étoiles.

Aux portes de la Birmanie, la deuxième étape du Granfondo Yunnan s'élance. Le nouveau lifting du granfondo offre 3 nouvelles...

Fermer