Quelques jours avant la fin de l’été, je suis parti pour une petite virée sur le triathlon IRONLAKES. Plus précisément, c’est aux lacs de l’eau d’heure que la grande kermesse du triathlon a implanté son festival. Durant 2 jours, 2653 participants sont répartis sur quatre distances : Full, Half, Olypmic et Sprint. Je vous invite au récit d’un triathlon « éprouvant » qui finalement termine par te donner la frite !

Check ’in

À la veille d’une longue journée, je rejoins les lacs de l’eau d’heure pour prendre la température. L’eau est propre et idéalement tempérée à 19° degrés.

natation lacs de l'eau d'heure

À la suite de la baignade, je vais récupérer mon pack du triathlète. Il comprend, le dossard, la puce de chronométrage, les sacs de transitions et un joli sweat à capuche en cadeau. C’est la fin de l’été et la météo est fraîche 😉

sacs de transition

 

Qui as-t ’il dans mes sacs des transitions ?

Le sac de vélo. Mon casque aero Specialized/McClaren, une paire de lunette Bliz Hero, des chaussures S-Works 7 Vent et mes chaussettes. Le ravitaillement, il est intégré dans le réservoir hydratation d’une capacité de 1,5L et de nutrition Fuelcell du vélo. Dans le réservoir il y avait du Super Vegan Hydrate Menthe et pour le solide: 1 clif, 2 barres iswari, 2 1/2 bananes et 4 gommes clif.

dossard sur hydratation fuelcell shiv

Le sac running. Il y a le must des casquettes running RNNR, mes fidèles Newton Running Gravity 8 et 5 gels Clif.

check in velo ironlakes

Il est obligatoire de poser son vélo la veille et ses sacs de transition. Il est toujours possible de revenir mettre son ravitaillement le matin du départ et revérifier le vélo.

Une crevaison 30 min avant le départ.

Je suis arrivé juste à l’heure pour le départ. 6h15, je vais pointer mon vélo. Et là un bon petit coup de stress. Le roue avant est à plat ! Je me tape 15 minutes d’échauffement pour aller récupérer une chambre à air et pompe.

6h35 tout est ok. Pas le temps de tergiverser, j’enfile ma deuxième peau Néoprène, lunettes, bonnet et me voilà sur la start-line 2 minutes avant le départ. Je suis chaud !!

lac de l'eau d'heure

Il est 7 heures. Je m’engage dans le sillage des concurrents. Nous sommes un peu en aveugle car la jour n’est pas encore levé et les bouées sont difficiles à distinguer. Puis une dizaine de minutes plus tard, le ciel devient couleur d’orange. Le soleil est de feu. Cette magie de couleur chaleureuse qui s’élève derrière le barrage des lacs est un temps marquant du IRONLAKES.

ironlakes triathlon natation arena nico raybaud

Avec un peu plus de 3900m, je clôture les 2 boucles de natation en prêt 1h10 avec le 40e temps. Le meilleur temps de natation est de 54’44’’.

Les montagnes Belge

Ça oblige à mettre les watts ! 12 degrés et si vous ajoutez la perception du froid sur une bonhomme détrempé, Le premier tour de 57km permet de prendre pleine conscience de la difficulté du parcours. Ça monte, ça descente, à tourne droite à gauche, quelques belles lignes droites, le parcours n’a rien d’ennuyant et ne laisse aucun temps de repos.

shiv tri ironlakes

L’itinéraire est totalement fermé à la circulation. La route est en majorité d’un goudron lisse profitant à un excellent rendement. À la seule exception d’un tronçon signalé par « route dégradée », le circuit de 700 mètres de dénivelé est roulant, surtout au passage du parc de transition. Ces derniers kilomètres entièrement à neuf ressemblait à une piste de formule 1. À chaque passage, l’ambiance était follement animée ! Et davantage quand la distance Half a rejoint la piste. C’était un peu la cohue mais cela redonne de l’élan.

ironlakes triathlon shiv specialized nicolas raybaud

Tour après tour, je vais parfaitement gérer l’effort m’octroyant le 14ème temps vélo en 5h09 (173km/2100m+). Je suis à cet instant 17ème du IRONLAKES. Le meilleur temps de vélo est de 4h29:39

Lap 1: 1h40 / Lap 2: 1h44 / Lap 3: 1h44

Le plus marathon IRONLAKES

 Avec aisance, je suis vite dans mon tempo moyennant à 4’20/km. Je me hisse 11ème à l’issue du premier tour de 11km. À chaque virée sur la ligne d’arrivée, tu en prends plein les tympans. L’énergie du public est folle.

course à pieds ironlakes

Tenir la distance. « Water ! » . 5 ravitaillements ponctuent le parcours proposant des gels, coca, banane, boisson iso ou de l’eau. Je reste à l’eau et aux encouragements joyeux des bénévoles.

Sur le second tour. Mon allure commence à se réduire. Le houleux passage sur les rives du lac me met à chaque fois dans la difficulté. Le vent est de face sur cette portion et n’avantage pas.

course à pieds ironlakes

La troisième boucle. Je suis en crampe. Et à vrai dire, vu le peu de volume que j’ai fait à pied dans les deux derniers mois, c’était difficile d’espérer mieux. Je tombe de 12km/h à 10km/h en moyenne. Un seul concurrent me doublera sur ce tour. C’est dire qu’il y a du dégât sur parcours.

 

Dernier tour. Ces petites gorgées, ces bombes glycémiques, le Coca-Cola m’enlève les crampes. Je reprends de la vitesse. Au final, je tiens le 18ème temps à pied sur les 43,6km/400m+ en 3h35. Le meilleur temps de course à pied est de 2h54 :40.

Lap 1: 48’42” / Lap 2: 52’17” / Lap 3: 58’02” / Lap 4: 56’12”

12éme de la seconde édition du IRONLAKES

Je réalise un triathlon solide de bout en bout. Je ne suis pas loin du top 10. Cette expérience IRONLAKES me conforte à nouveau sur mes qualités de cyclistes et en course à pied. J’ai de quoi ambitionner à de beau projet pour le futur.

C’est loin d’être une promenade de santé ! J’ai mis une bonne heure à reprendre mes esprits à l’arrivée.

Si vous cherchez un triathlon festif, sur un parcours exigeant qui ne laisse aucun répit tant du profil que de la variété des paysages, tantôt ombragés et ensoleillés, la réponse est : IRONLAKES.

IRONLAKES n’a rien à envier au label IRONMAN.

Sport & Tourism Promotion, notamment aux manettes du XTERRA Belgique et Luxembourg, le IRONLAKES a tous les atouts pour promouvoir sa propre identité.

En savoir plus http://www.ironlakes.be/