Moxy Monitor | Le test 5-1-5 et les limitations physiologiques de l’athlète

J’ai dans mes mains le capteur d’oxygénation musculaire Moxy Monitor. Dans un précédent article, je décrivais le fonctionnement du capteur d’oxygénation.  À travers ces lignes, je détaille comment réaliser et interpréter la richesse des résultats du test Moxy. Il permet d’évaluer quel est le système physiologique limitant le plus la performance d’un athlète.

Le Test 5-1-5 Moxy Monitor

Le format de test est similaire à un exercice d’incrément où il faut réaliser une série d’intensités croissantes pendant un temps fixe. Il est conçu pour voir comment la physiologie réagit aux charges durables et des contres exercices courts. La différence entre un test de performance et  5-1-5 sont les suivantes:

  • Un repos inactif d’une minute est introduit entre chaque intervalle. 
  • Chaque intensité est répétée 2 fois pendant 5 minutes.
  • Il n’y a aucun échauffement.

Les réactions physiologiques sont mesurés par infra-rouge avec un capteur d’oxygène musculaire situé sur un muscle spécifique. Pour le cyclisme ou la course à pieds, le Moxy est placé sur le Vaste latéral du quadriceps.

protocole test 5-1-5 moxy monitor

Pourquoi il n’y a d’échauffement ? 

Les muscles commencent à utiliser de l’oxygène presque immédiatement à l’intensité, mais le système d’alimentation en oxygène prend plusieurs secondes à quelques minutes pour répondre. L’effort met en évidence la capacité d’utilisation de l’oxygène des muscles: la capacité d’oxydation musculaire. 

Pourquoi il y a 2 fois 5 minutes d’intensité ?

Car le débit cardiaque, les échanges ventilatoires et le tonus vasculaire prennent plusieurs minutes pour s’adapter à l’effort. Au bout de 5 minutes, l’homéostasie est atteinte. Cela rappelle le test de puissance critique 5 (CP5).

En effectuant 2 charges à même intensité, entrecoupé d’un repos cela permet de comparer la façon dont le corps réagit aux intensités répétées. En d’autres termes, au plus rapide vos muscles ont une capacité à se recharger en 02 (SmO2) au mieux vous tolérer les répétitions. 

L’effet de jambes lourdes après le repos se fait de plus en plus fort.

Les intensités sont déterminées en fonction de la FTP ou de votre allure VMA: 44%, 66%, 88%, 110%, 132%.

Important ! Ce test ne s’agit pas d’un test de performance, un effort maximal n’est pas le but de l’évaluation. Si vous ne parvenez pas à tenir l’intensité dans le temps, arrêtez le test. Il faut au minimum 4 palier d’intensité pour exploiter les données. Le 5ème palier est extrêmement difficile à maintenir car on est sur un effort proche de la PMA..

Pourquoi il y a repos sans pédaler ?

L’intensité s’arrête soudainement. L’utilisation d’oxygène du muscle en activité diminue presque immédiatement. L’arrêt du pédalage permet de surveiller le délai de rebond et la cinétique de l’oxygène. Cette arrêt permet aux tensions musculaires de se détendre complètement. Tout effet mécanique sur le volume sanguin est éliminé. Les vaisseaux se gonflent et l’on peut discerner les effets mécaniques du volume sanguin des effets du tonus vasculaire et des besoins en O2 liés à une demande. On mesure réellement la vitesse physiologique de récupération.

Les trois systèmes limitatifs de la performance ?

Capacité d’oxydation musculaire 

La personne peut fournir plus d’oxygène que le muscle ne peut en consommer. Différentes raisons sont possibles : les mitochondries entraînant la fonction mitochondriale médiocre, une faible densité capillaire, une incapacité à recruter des fibres musculaires ou d’autres causes. Les personnes sédentaires ou moins entraînées ont l’incapacité de désaturer à des charges de travail élevées, comme le montre la figure 1.

Oxidative Limitation

Capacité Cardiaque

C’est la capacité du cœur à déplacer des quantités adéquates de sang oxygéné pour répondre aux besoins des muscles et des organes qui travaillent pour soutenir l’exercice. Si la SmO2 et ThB diminuent continuellement cela indique que le cœur est incapable de fournir suffisamment de sang oxygéné au muscle actif pendant l’exercice ou la récupération. Graphiques en exemple.

Cardiac limit decreasing THb

Cardiac Limitation decreasing SMO2

Capacité Pulmonaire

Les poumons n’ont pas la capacité de charger de l’oxygène dans l’hémoglobine, ou de rejeter efficacement le CO2 du corps vers l’environnement (Graphique en exemple) . La différence entre une limitation pulmonaire et cardiaque est la réponse du THb dans la dernière partie de l’évaluation 5-1-5.

  • Le THb pendant l’intervalle augmentera continuellement.
  • Le SmO2 continue de diminuer. Cela est dû à l’incapacité du corps à se débarrasser du CO2. Le CO2 est un puissant vasodilatateur, ce qui signifie que plus de sang peut circuler vers le muscle. 

Pulmonary limitation increasing THb

Comment observer le test ?

L’interprétation fait l’objet d’une série de question d’observations aux mesures de Sm02, THb et Fréquence Cardiaque. En fonction d’une des 5 réponses possibles, un score est associé. 

  • Une nette augmentation 
  • Légère augmentation
  • Stable
  • Légère diminution
  • Baisse nette

En mixant les données et les scores, le guide d’interprétation fournit pas Moxy donne le résultat. Il permet d’identifier les facteurs limitants à la performance de l’athlète à un moment donné. 

Les observations de la Sm02 ?Les observations du THb ?Le délai de récupération ?Les observations cardiaque ?
  • Quelle est la valeur de Sm02 au repos ?
  • Lequel des énoncés suivants décrit le mieux le travail minimum le plus bas SmO2 atteint au cours de la dernière des intensités (généralement les 2 dernières étapes de chargement) ?

1-Obsvervation SmO2 en réponse à la charge du test moxy 5-1-5

  • Lequel des énoncés suivants décrit le mieux la tendance des valeurs de Sm02 au repos dans la dernière des intensités ?

2-Obvervation SmO2 en réponse à la charge du test moxy 5-1-5

  • Lequel des énoncés suivants décrit le mieux la tendance des valeurs Smo2 de travail (entre les intervalles) du test ?

3-Obsvervation SmO2 en réponse à la charge du test moxy 5-1-5

  • Lequel des énoncés suivants décrit le mieux la tendance du travail dans SmO2 (pendant les intervalles) des dernières intensités du test ?

5-Obsvervation SmO2 en réponse à la charge du test moxy 5-1-5

  • Lequel des énoncés suivants décrit le mieux la tendance des autres valeurs de THb dans la dernière partie du test ?

6-Obsvervation THb en réponse à la charge du test moxy 5-1-5

  • En général, pour la dernière partie du test, quelle tendance observez-vous pour les valeurs de THb de travail à travers les intervalles ?

7-Obsvervation THb en réponse à la charge du test moxy 5-1-5

  • En général, pour les dernières parties de l’évaluation, qu’observez-vous pour le THb sur le palier répété par rapport à la première répétition ?

8-Obsvervation THb en réponse à la charge du test moxy 5-1-5

  • Dans l’une des intensités vers la fin du test, lorsque le palier est terminé et que la récupération commence, observez-vous des retards dans le rebond du SmO2 ?

9-Supperposition de Sm02 du test 5-1-5 moxy

  • Lequel des énoncés suivants décrit le mieux la tendance de la FC au repos au cours des derniers intervalles ?

10-Obsvervation frequence cardiaque en réponse à la charge du test moxy 5-1-5

  • Lequel des énoncés suivants décrit le mieux la tendance de la FC selon les derniers intervalles ?

11-Obsvervation frequence cardiaque en réponse à la charge du test moxy 5-1-5

  • Lequel des énoncés suivants décrit le mieux la tendance de la FC au sein des intensités des derniers intervalles ?

12-Obsvervation frequence cardiaque en réponse à la charge du test moxy 5-1-5

  • En général, pour les dernières parties du test, qu’observez-vous pour la FC sur le palier répété par rapport à la première répétition ?

13-Obsvervation frequence cardiaque en réponse à la charge du test moxy 5-1-5

Etude de mon cas

L’exercice et son adaptation est un processus compliqué. Les facteurs de limitation des performances peuvent résulter d’une myriade de variables.

Les conditions du test. J’étais sur un statut fatigué et une semaine de travail. Le jour du test n’était pas représentatif d’un état de performance optimal. Pour un gars fatigué, je m’en suis bien sorti mais j’ai bien ressenti mes limites actuels sur les dernières charges. Je n’ai pas réussi à tenir les deux dernières 5 minutes.

test assessment 5-1-5 moxy facteurs limitations de la performance de athlete

Ma capacité oxydative musculaire est excellente !

Elle est représentée par la diminution de Sm02 lors des intensités, soit la capacité d’utiliser l’oxygène pour fonctionner pleinement à l’inverse d’une personne sous entrainé ou sédentaire.

Ma capacité cardiaque est très bonne mais …

Mes facultés de récupérations sont excellentes. Le délai de rebond de la Sm02 est quasi nul. L’augmentation de SmO2 est nette mais néanmoins incomplète sur les dernières charges démontre ma fatigue. Elle confirme ma capacité de récupération rapide entre les intensités avec une SmO2 qui diminue logiquement à l’effort et un THb qui augmente en récupération

augementation THb au repos haute intensite

Ma capacité pulmonaire est limitante 🙁

Elle se traduit par une augmentation de THb sur les dernières intensités en cours d’intensité. Ceci signifie une difficulté d’échange de C02 avec l’oxygène en haute intensité. 

 

Comment améliorer les limitations ? 

Ces facteurs limitants peuvent s’améliorer par différentes méthodes à inscrire dans son quotidien Nolio.

  • Par le suivi de la Variabilité de Fréquence Cardiaque et de quantification de charge pour adapter ses séances.
  • La nutrition et micro-nutrition. Certains aliments riches en oxyde nitrique peuvent augmenter la Sm02. Ou des aliments riches en fer, la vitamine B12 qui aideront à fixer l’oxygène sur les globules rouges
  • Des entraînements variées de l’endurance aux entrainements fractionnés, sprint, force, vélocité. 
  • Les étirements et le repos dans le but de dénouer toutes tensions musculaire pouvant freiner le flux sanguin.
  • Les entraînements en altitude ou en altitude simulée.

Peux t’on déterminer des zones d’entraînement ? 

OUI ! Vous pouvez déterminer les zones mais la SmO2 peut changer au jour le jour en fonction du stress, de la fatigue, etc. 3 zones sont utiles et sont parallèles aux 3 zones couramment utilisés.

AR RécupérationZone 2 - Endurance Zone 3 - 4 Endurance Haute / Seuil

La première zone est une puissance de sortie ou une fréquence cardiaque qui permet à SmO2 de continuer à augmenter pendant l’intervalle.  Cela indique que plus d’oxygène est délivré au muscle que ce qui est utilisé, et pourrait être utilisé pour des choses comme les journées de récupération ou d’échauffement.

La seconde est une puissance de sortie ou une fréquence cardiaque qui permet à SmO2 de se stabiliser. Ce qui signifie que l’apport et l’utilisation d’oxygène sont à l’équilibre et que votre muscle a trouvé une homéostasie énergétique.

La troisième et quatrième zone est à une puissance qui fait continuellement diminuer SmO2. Plus SmO2 diminue, l’oxygène dans le muscle ne sera pas suffisant et la fatigue se produira.

zone entrainement moxy monitor sm02

En quête de la performance

L’utilisation du Moxy donne une approche différente pour la progression. Il permet de ne pas se tromper de combat et d’être encore plus qualitatif, notamment en phase de récupération et dans l’atteinte d’un seuil physiologique qu’une donnée de watt ou de FC ne peuvent mesurer.

Inutile de vouloir gagner des watts, si votre corps n’est pas capable de suivre. Cependant, travailler sur ses faiblesses limitantes est un voie concrète pour exploiter votre potentiel.

Il y aura toujours une limite physiologique à la performance. L’objectif est de tendre à stabiliser le THb et la Sm02 en hautes intensités. C’est repousser au maximum son seuil anaérobie où le Co2 se fait de plus en plus fort. C’est la capacité des muscles à utiliser l’oxygène et à être alimenté en O2 et se purger du Co2.

Il ne faut pas se tromper de chemin, progresser avec ses capacités et ses qualités sportives.

Oui. Le Moxy Monitor peut apparaitre un trop scientifique car ce sont des valeurs qui sont invisibles. La SmO2 peut se concrétiser par votre souffle et votre perception à l’effort. 

Liens utiles

Merci à Phil Batterson (Physiologiste Moxy) et Roger Schmiz (CEO Moxy) pour leurs collaborations.